Lavorare Stanca

Année de composition
2020
Durée
12 minutes
genre
Instrumentale
Effectif
Ensemble instrumental [12 musiciens] : clarinette, saxophone, trompette, percussions, accordéon, piano, cymbalum, mandoline, guitare, harpe, violoncelle, et contrebasse

« Cesare Pavese nous rappelle dans son recueil de poésie lavorare stanca que travailler fatigue ; c’est une évidence – et pourtant on l’oublie volontiers, pourvu que la fatigue ne soit pas la nôtre. Derrière certains gestes urbains (appeler une voiture, se faire livrer le dîner, commander un service ménager) il y a un travail sous-payé que l’écran du téléphone nous cache et qu’on ne veut pas voir. Au XXème siècle, les ouvriers pouvaient compter sur la puissance de leur nombre. Aujourd’hui le smartphone est devenu la machine de chacun, l’usine de chacun, et face aux tactiques abusives des applications les travailleurs sont isolés et démunis.
Sur les réseaux sociaux ils se montreront toujours oisifs, car le travail est devenu honteux, mais derrière les photos des sorties la fatigue persiste. Jouer d’un instrument fatigue aussi. La virtuosité musicale est plus impressionnante lorsqu’elle est accompagnée d’une aura de facilité, mais c’est un efet calculé et cultivé, construit sur la pratique et sur l’étude. Les longues heures de travail d’un musicien sont aussi invisibles que celles des conductrices, livreuses et aides ménagères 2.0 ; par ailleurs, les uns et les autres se penchent sur leurs instruments/téléphones avec une même intimité, intensité et nécessité. Je veux faire surgir cet efort ; le comprendre, l’esthétiser et le mettre en scène pour qu’on puisse le regarder, l’apprécier et le rémunérer à sa juste valeur – en espérant que cette sensibilité éveillée puisse transcender la musique et s’étendre à tous les travaux, qui fatiguent. »

Mikel Urquiza

Création mondiale
Le 18 mars 2021 | Saison de l’Ircam/Centre Pompidou-Les Spectacles vivants | Grande Salle du Centre Pompidou, Paris

Pour recevoir nos informations,
inscrivez vous à notre newsletter !