Tierkreis

Tierkreis

Illustration pour Tierkreis

TIERKREIS

Résidence de création à l'Espace Périphérique (Paris) pour notre futur spectacle jeune-public
marionnettiste, accordéon, violoncelle et contrebasse

 

du Lundi 11 au vendredi 15 Décembre 2017 | L'Espace Périphérique - Paris (75)
En savoir plus

Infos

L’homme est un petit monde, dans lequel le cosmos se reflète point par point.

 

La fascinante musique de Stockhausen est une invitation à entrer dans le cosmos. Les douze pièces sur les signes du zodiaque que constituent Tierkreis sont comme les objets célestes d’un système solaire, des planètes autonomes et singulières régies par les lois de la gravitation. Elles tournent, tournent, et tournent encore et forment un tout à l’infini.

 

Dans la création du spectacle Tierkreis, ce qui me questionne c’est la place de l’homme dans le cosmos.

 

Ici la musique est le cosmos, et l’homme est le microcosme :

 

Un grand monde et un petit monde
Un petit monde dans un grand monde
Un grand monde dans un petit monde

 

Dans l’astrologie, la relation entre le cosmos et l’homme passe à travers les planètes et les signes du Zodiaque, les astres dirigent chacune des parties du corps humain.

 

Afin de rendre compte sur scène de ces rapports de taille, d’appartenance et de causalité, le cosmos étant la musique, l’homme sera lui : une marionnette.
Un petit homme simple, neutre, une esquisse de bonhomme d’enfant, archétype essentiel et universel.

 

Partir de la matière, la terre peut-être, et faire naitre de celle-ci le personnage. Au début de chaque pièce de Stockhausen le personnage est créé sous nos yeux, puis il disparaît à la fin pour renaître au zodiaque suivant. Et ainsi de suite…comme un cycle qui ne se finit pas.

 

Chaque mouvement musical est une courte histoire en soi, un épisode de notre petit homme en prise avec les astres. L’univers poétique de ses aventures (mésaventures) trouve son inspiration dans l’absurde, Samuel Becket, Henry Michaux, le dessin animé italien La Linéa. L’écriture se fera au plateau à partir d’improvisations avec la musique.
Avec humour, un peu de cruauté et beaucoup de tendresse il sera question de l’existence et du tout qui est dans tout (et réciproquement comme disait Pierre Dac) et peut-être d’un débordement possible…

STOCKHAUSEN Karlheinz (1928-2007)

Tierkreis  | 12 mélodies des constellations pour formation instrumentale libre | 1974-75 | 45' environ

 

Simon Moers, marionnettiste
Élodie Soulard, accordéon
Marine Rodallec, violoncelle
Charlotte Testu, contrebasse

 

Antonin Bouvret, scénographie
Aurélie Hubeau, metteur en scène

Pour recevoir nos informations,
inscrivez vous à notre newsletter !