trace - écart

2017

Quatuor et électronique
guitare, harpe, cymbalum, contrebasse et électronique

DURÉE • 13 minutes

ÉDITEUR •  Édité par le compositeur

COMMANDE • Ensemble C Barré et Festival Messiaen au Pays de la Meije

CRÉATION • le 30 juillet 2017 au Festival Messiaen au Pays de la Meije, par l'Ensemble C Barré, Thomas Keck (guitare), Eva Debonne (harpe), Cyril Dupuy (cymbalum), Charlotte Testu (contrebasse) et Monica Gil Giraldo (réalisatrice en informatique musicale).

L’élément central de cette pièce est une pulsation audible / inaudible, qui passe continuellement de la surface à la profondeur laissant toujours une trace dans l’écoute. Le décuplement et accentuation de cette pulsation implicite / explicite donne forme à des rythmes et à des poly-rythmes complexes qui, à leur tour, forment des cycles divers et superposés. La pulsation apparaît et disparaît comme une force souterraine, comme un ruissellement continu*, sur lequel les objets musicaux et les organisations rythmiques émergent, prenant la forme courante et éphémère d’un instant dans les infinies possibilités de ce courant.

Les quatre instruments sculptent et délimitent cet espace continu par leur jeu, en grande partie caractérisé par le pincement de cordes. L’électronique a un rôle d’amplificateur, créant des réseaux (ruisseaux) rythmiques en écho ou capturant et déployant les résonances instrumentales, augmentant la durée des sustains et decays. Suivant le cheminement d’une errance, la forme de la pièce est constituée par de sections contrastantes, qui se succèdent dans un voyage sans direction, suivant une trace qui mène nulle part. Le mot trace se lit comme le palindrome du mot écart…

 

* Foucault, Michel. Ni l’un ni l’autre dans Dits et Écrits, p. 537. Ed. Gallimard, Paris, 1994.