NIKLEINKI

2010

Ensemble instrumental (6 musiciens)
Kora, hautbois d’amour, clarinette en mib, clavier électronique (Nord Stage), percussion et contrebasse

DURÉE • 15 minutes

ÉDITEUR •  Édité par le compositeur

COMMANDE • Ensemble C Barré

CRÉATION MONDIALE • le 8 décembre 2010, Festival Nuit d’Hiver, par l'Ensemble C Barré, sous la direction de Sébastien Boin

COMMENTAIRES • d’après les sculptures Fontaine Stravinsky et Dernière Collaboration avec Yves Klein de Jean Tinguely

Tinguely Cinéphonie

Cette création est une tentative de réponse musicale à l’œuvre de Jean Tinguely, plasticien que j’aime particulièrement et que j’ai découvert peu après l’inauguration du Musée qui lui est dédié à Bâle. J’ai toujours ressenti les « sculptures » mobiles de Tinguely, sorte de machines d’engrenages complexes et brinquebalants, comme une merveilleuse incitation à imaginer des structures et des formes de contrepoint. Ce ne sont donc pas les bruits résultant des machines qui m’intéressent, mais les structures et leur interaction avec une perception temporelle très riche.

 

Tinguely crée un univers tragi-comique : l’absurde et l’organisé, le dérisoire et le calculé s’y frottent, y grincent, en écho aux danses macabres et aux catastrophes du 20ème siècle auxquelles la science a parfois prêté main forte. Il y a une cosmologie-Tinguely, un jeu avec les systèmes clos et le mouvement perpétuel du vivant/morbide. Cette vision d’un organisme-cosmos à la fois obstiné et précaire, mécanique et organique, me paraît avoir de profondes résonances aujourd’hui.

 

Jean-Christophe Marti

 

 

Nikleinki

«Tinguely crée une curieuse osmose entre les artistes qu’il aime et lui-même : il crée des œuvres en collaboration réelle ou fictive. La Fontaine Stravinsky créée à Paris avec Niki de Saint Phalle est un plan horizontal où tournoient çà et là des objets séparés, ce que je veux tenter de traduire musicalement avec des dissociations / échos. Klein est évoqué par le biais de grands panneaux colorés. L’acidité et la douceur se rejoignent dans la kora, qui inspire sa couleur à la pièce.»

 

Jean-Christophe Marti