Mikel URQUIZA

Compositeur espagnol né en 1988

 

Elurretan (2017) | mandoline, guitare et harpe | 10' | CM

More Sweetly Forgot (2017) | soprano, saxophone, accordéon et percussions | 10' | CM

Songs of Spam (2019) | 6 chanteurs et 7 instrumentistes | 15' | CM

Mikel Urquiza (1988, Bilbao) étudie la composition à Musikene (Saint-Sébastien) avec Gabriel Erkoreka et Ramon Lazkano, puis au CNSM de Paris avec Gérard Pesson. En 2014 il suit le programme Voix nouvelles à Royaumont. En 2019 il est parrainé par la Peter Eötvös Contemporary Music Foundation en collaboration avec Art Mentor Foundation Lucerne. Il est pensionnaire de l'Académie de France à Rome - Villa Médicis 2019-2020.

 

Ses pièces de musique de chambre sont souvent jouées : son trio avec piano Cinq pièges brefs a été repris entre autres par Meitar Ensemble à Tel-Aviv, par United Instruments of Lucilin à San Sebastian, par mdi ensemble à Milan et par le Trio Talweg à Paris et à Genève ; son quatuor à cordes Indicio, fruit d'une étroite collaboration avec le Quatuor Diotima, a été joué par eux au Festival Pontino en Italie, à la Fondation BBVA de Bilbao, au Festival Ensems de Valencia et à Musikprotokoll Graz.

Il collabore avec de nombreux ensembles Français, comme C Barré ou L'Instant Donné, dont le jeu raffiné lui permet d'explorer des thématiques intérieures et fragiles dans Les lueurs se sont multipliées (commande d'Etat), Serpientes y escaleras (serenata) (créée au festival de Witten) et I nalt be clode on the frolt (commande de Radio France). À l'étranger, l'ensemble mosaik et Enno Poppe créent son Opus vermiculatum au Musée Reina Sofia de Madrid et reprennent ensuite la pièce à la Kulturbrauerei de Berlin ; le New European Ensemble joue ses pièces à la Gaudeamus Muziekweek et au Muziekgebouw d'Amsterdam.

 

Parmi ses pièces solo, Belarretan, pour guitare et électronique, a été jouée en Espagne, en France, en Russie et aux États Unis (MATA Festival à New York). Sa pièce pour piano Contrapluma a voyagé dans le réseau ECHO de la main de Mariam Batsashvili — du BOZAR de Bruxelles au Musikverein de Vienne — et a été proposée en finale au concours Ferruccio Busoni et au Concours International d'Orléans.